Les entrailles du Bois du Cazier ont englouti 262 gueules noires, dont 136 Italiens et 95 Belges (parmi eux, une trentaine de Flamands). Sept hommes piégés au niveaux 1035 attendent dans l'angoisse qu'une cage arrive à leur niveau. Ce jour-là, 262 mineurs, dont plus de la moitié d'Italiens, allait perdre la vie. Le surveillant de surface, Jules Gilson, prévient aussitôt l'ingénieur Adolphe Calicis, directeur des travaux. Lorsque l'une descend, l'autre remonte. Les deux cages sont reliées entre elles pour constituer un contrepoids. Monument dédié aux Italiens morts lors de la catastrophe. Il l'interrompt tandis qu'il est en train de planifier une visite d'inspection avec l'ingénieur du corps des mines, Philippe Dassargues, il l'informe qu'il y a un « cassage de fosse »[13],[14]. En 1952, le gouvernement belge lui propose de faire un service civil de trois années au Bois du Cazier. À son retour, il n'y a pas de cage à l'envoyage mais une cage vient rapidement se poser sur le berceau mobile de la balance hydraulique. L'affaire est renvoyée devant la cour d'appel de Liège. Le charbonnage du Bois du Cazier, à Marcinelle, entrait dans l'histoire. Votquenne, Matton et l'un des deux sauveteurs dépêchés par la Centrale de sauvetage de Marcinelle parviennent à atteindre 1 035 mètres, mais étant montés dans la précipitation dans le sixième étage[19], la cage ne s'arrête pas au niveau du sol. Ce drame sera au Par ailleurs, l'envoyeur du niveau 765, Alphonse Caillart, a besoin de deux translations pour évacuer des wagonnets de charbon[6]. À la vue de son visage, triste et songeur, chacun sait qu'il sera beaucoup plus lourd[25]. À la surface, Oscar Mauroy qui travaille avec le niveau 765 manœuvre sans plus se préoccuper du niveau 975. Plus de la moitié des victimes étaient, en effet, italiennes. 187 et sq. Une chapelle ardente est improvisée dans la cour de l'école des Haies toute proche[42],[43]. [...] L'explication de l'attitude des prévenus est à trouver dans un état d'esprit, l'état d'esprit trop intéressé de celui qui s'obstine à se servir d'un objet usé pour en retirer encore quelques bénéfices, malgré les dangers dont il menace autrui et qui, pour atteindre ce but, commet les pires imprudences. Ils ne furent guère bien accueillis par la population locale et vivaient dans des conditions déplorables. La catastrophe minière du Bois du Cazier Le matin du 8 août 1956, la plus grande catastrophe minière de l'histoire de la Belgique se produisait au Bois du Cazier à Marcinelle, faisant 262 morts de 12 nationalités différentes, principalement d'origine italienne (136) et belge (95) et laissant derrière eux des centaines de veuves et d'orphelins. Il faudra trois semaines pour remonter tous les corps mais celui de la 262e victime ne sera découvert qu'en décembre 1957[44],[45]. Le 23 août, Angelo Berto, un sauveteur remonte en surface depuis le niveau 1035 à trois heures du matin et, désespéré, s'écrie en italien "Tutti cadaveri! Le verdict est rendu le 1er octobre 1959. Antonio Ianetta n'est pas là à cet instant ; il est en train de déplacer une berline de bois qui gêne la collecte des wagonnets pleins. Il s'agit d'Adolphe Calicis, l'ingénieur des mines directeur des travaux du Bois du Cazier, d'Eugène Jacquemyns, l'ingénieur en chef du charbonnage, de Roger Lefebvre, directeur divisionnaire du bassin de Charleroi-Namur, celui-là même qui avait organisé l'enquête administrative et pris part à l'enquête parlementaire se voyait inculpé, de Philippe Dassargues, présent sur les lieux lors du sinistre, ingénieur des mines chargé de la surveillance du Bois du Cazier et de Louis Devleeschauwer, électricien de la société CONELVA chargé du contrôle des installations électriques du site minier[59]. Le site, classé patrimoine mondial par l'UNESCO en 2012, comporte aujourd'hui un Espace 8 août 1956 , un mémorial qui rend hommage aux 262 victimes, un Musée de l’Industrie et un Musée du Verre[71]. Le 8 août 1956, la catastrophe du Bois du Cazier endeuillait à tout jamais le Pays Noir. Au sud de Charleroi, le Bois du Cazier est un lieu culturel incontournable sur fond de patrimoine industriel. Un incendie se déclare aussitôt. Pour la translation des cages, la communication avec la surface se fait au moyen de cordon de sonnette et d'un code : quatre coups signalant, par exemple, que la cage est prête à être remontée en surface[5]. La dernière modification de cette page a été faite le 21 décembre 2020 à 13:03. Tous les 8 août une commémoration se déroule sur le site du Bois du Cazier durant laquelle, on fait tinter la cloche Maria Mater Orphanorum Ce dernier contre l'avis de ses camarades décide de ressortir de la cage pour redonner le signal de départ. Antonio Ianetta fait le tour de l'envoyage pour tenter de le débloquer.agrandir, 3. Maintien d'un hommage aux Victimes au Bois du Cazier. Elle causa la mort de 262 mineurs. Les grilles de sécurité sont replacées sur la dernière logette pour accueillir les trois hommes. Vers 9 h 30, deux sauveteurs, suspendus dans un cuffat (sorte de cuve métallique servant de nacelle)[23] tentent de descendre par le puits en construction (Puits Foraky[g]) pour rallier le niveau 765. Le tribut payé par Lorsque, après ce qui parait une éternité, elle arrive, ils règlent à tatons son niveau et prennent place dans celle-ci pour remonter en surface. Les dirigeants de la mine, souhaitant mettre un terme aux poursuites judiciaires, transigent et règlent à l'amiable leur différend avec les parties civiles en octroyant 3 000 francs belges par victime[60],[k]. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le rapport s'attardera sur les causes techniques ayant déclenché la catastrophe mais éludera, tout comme l'enquête administrative, des questions plus fondamentales: « Des questions essentielles comme l’accroissement insensé de la production, le mode d’exploitation vieilli, les travailleurs sans qualification qui ignorent les risques du métier, le système disciplinaire, le problème du manque d’investissement et l’entrée en vigueur des normes de la CECA seront complètement éludées par les membres de la Commission au profit des questions techniques[52]. En octobre 1954, Gastone Lodolo tient une conférence à Dampremy durant laquelle il dénonce les conditions de sécurité dans lesquelles les mineurs sont contraints de travailler. Ils redescendent vers 16 h 30 à 170 mètres, personne, 500, 600 puis finalement 715 mètres où ils découvrent trois hommes dissimulés sous un wagonnet qu'ils avaient renversé pour se protéger, il s'agit de Frans Lowie, Alfons Verheecken et Alfons Van de Plas[28],[29],[6], un jeune de 16 ans que l'ingénieur Calicis prend dans les bras en pleurant avant de le ramener personnellement en surface[28]). Ils tentent à nouveau une descente vers 9 h 5 munis, cette fois, de dispositifs respiratoires en circuit fermé Dräger. Le 16 août 1956 eurent lieu les funérailles officielles des six premières victimes. L'industrie belge, au sortir de la seconde guerre mondiale avait été relativement bien préservée contrairement aux ravages que connurent l'Allemagne et le Nord de la France. L'incendie se déployant dans le puits d'admission d'air, les gaz toxiques furent propagés par les conduits d'aération à l'ensemble de la mine. Il y a 61 ans, 262 mineurs perdaient la vie au Bois du Cazier suite à un incendie au fond du puits. 262 mineurs périssent asphyxiés. Aujourd’hui, le Bois du Cazier est un lieu mémoriel incontournable du Pays Noir et de Wallonie. Ils disposaient de deux wagonnets d'eau[38],[39],[40]. Angelo Galvan, le Renard du Bois du Cazier, termine un manuscrit d'une vingtaine de feuillets en s'exprimant sur les rapports qui existaient entre la centaine de sauveteurs qui se sont relayés durant ces pénibles semaines: « Je tiens à dire la grande solidarité, la discipline et la camaraderie qui ont joué entre sauveteurs et mineurs de toutes nationalités. Une tragédie, la plus grosse catastrophe minière de Belgique, a eu lieu ce 8 août 1956 à Marcinelle. Jean Stromme, l'ingénieur hollandais chargé de l'approfondissement du puits d'extraction est le 275e homme à être descendu dans la mine ce jour-là. Trois autres hommes sont sauvés vers 17 h 0 à 765 mètres (Albert Peers, Louis Saluyts et Karel Wuyts[30],[16],[28]). Quoiqu'il en fût, Antonio Ianetta engage un premier wagonnet dans la cage. Willy Bourgeois, Serge Mayence (recueil des documents) et. La cage emmenant Antonio Iannetta et les deux ajusteurs arrive en surface 8 h 25[12]. Cloche Maria Mater Orphanorum offerte par l'Italie pour la commémoration du drame. Une colonne de fumée s'élève du Bois du Cazier à Marcinelle. Le 8 août 1956 à eu lieu la catastrophe du Bois-du-Cazier à Marcinelle, Charleroi, Belgique. La cage arrive en surface vers 8 h 30[18],[17]. Il sera retrouvé asphyxié à cinquante mètres de l'envoyage du 975 où il officiait (in Philippe Tomsin, « Le fonctionnement de la commission d’enquête sur la catastrophe du charbonnage du Bois de Cazier (Marcinelle, 8 août 1956). Antonio Ianetta dit avoir demandé alors à Gaston Vausort s'il pouvait encager ; ayant reçu une réponse affirmative, il a engagé un premier wagonnet rempli. Le rapport ne retiendra aucune responsabilité[56]. C'est là que les wagonnets remplis de charbon arrivent sur des rails. Le patrimoine minier :Le Bois du Cazier Plus de Dailymotion VIDÉO SUIVANTE EN COURS DE LECTURE : Actualité Le patrimoine minier : Le Bois du Cazier Dailymotion VIDÉO … Le Bois du Cazier reste avant tout un lieu de mémoire. Elle déboucha également sur la mise sur pied d'une commission internationale permanente qui émit plus de 350 résolutions[67]. Les cinq prévenus sont acquittés. Celui-ci lui répond que cela ne pose pas de problème puisque, ne disposant plus de wagonnet plein, il doit se rendre au Long plan pour en rassembler[9]. Le public et les médias, à l'exception notable de la presse communiste, ne s'intéressent plus au procès qui est devenu une véritable querelle d'experts éludant soigneusement les questions de fond. Les syndicats, les familles n'en décolérèrent pas ; on parla alors de justice de classe. La gendarmerie demande à la foule de laisser un passage pour les véhicules de secours. L'opération technique qui prend d'ordinaire six heures est effectuée en moitié moins de temps et permet de disposer à nouveau d'un ascenseur[24],[21]. L'industrie du charbon belge entendait en profiter pour se positionner comme leader sur le marché européen mais la main-d'œuvre manquait. Il y avait beaucoup d'attente par rapport à ce procès qui devait être, sur fond de lutte syndicale et de prise de conscience de la condition des ouvriers miniers, non seulement celui d'individus, mais également celui d'un système. Si l'industrie minière belge avait été préservée durant la guerre, en corollaire, elle était vétuste contrairement à celle de leur voisins qui durent reconstruire et qui, par conséquent, se dotèrent d'outils d'exploitation plus modernes. Le wagonnet plein ne parvient pas à chasser complètement le wagonnet vide, les deux arrêtoirs anti-recul (bloquant les essieux) se sont bien couchés lors de l'encagement mais l'arrêtoir "lolo" sur la roue avant droite a bloqué le second train de roues. Il faut pour ce faire la désolidariser de sa jumelle coincée au fond. Par ailleurs, la création, en 1952, de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA), lors du Traité de Paris, permit aux charbonnages belges de disposer de moyens additionnels importants. Elle causa la mort de 262 mineurs. Au niveau européen se tint une conférence internationale dans le cadre de la CECA qui promulgua pas moins de 308 résolutions qui pour la plupart furent mises en œuvre en Belgique. Après une quarantaine d'audiences, le 28 janvier 1961, la cour d'appel condamna le seul Adolphe Calicis à six mois de réclusion avec sursis et 2 000 francs d'amende[61] et relaxe les quatre autres prévenus[62],[60]. "[16],[36], il vient de retrouver cinquante hommes morts asphyxiés au fond d'une galerie. Oscar Mauroy informe Gaston Vausort, l'adjoint de l'envoyeur, Antonio Ianetta, au 975 des deux translations durant lesquelles ils devront laisser les cages libres[6]. En Belgique, pour la première fois, la télévision couvre l'événement au jour le jour[68]. Lucien Bajoux était tireur et a échappé de peu à la catastrophe du 8 août 1956. Il n'y eut dès lors pas d'investissement pour augmenter la sécurité ou pour moderniser les infrastructures[51]. Les 7 et 8 août prochains, le Bois du Cazier et la ville de Charleroi rendront hommage aux victimes de la catastrophe. Il remettra ses conclusions au procureur du Roi. Antonio Ianetta encage un wagonnet plein (avec ou sans accord de Gaston Vausort). 262 mineurs y perdirent la vie, asphyxiés pour la plupart. Ce puits, en raison des risques liés au grisou avait été isolé des deux autres conduits. À sa sortie, il est à nouveau contraint de faire son service militaire. Les commémorations démarreront le mardi 7 août à 17h. Pour le 60e anniversaire de la catastrophe du Bois du Cazier, 20 lampes de mineurs de grand format seront exposées sur le site avant le 8 août. Les galeries au Bois du Cazier s'étendent en effet sur une surface de 875 hectares imposant parfois un trajet de 40 minutes pour que les mineurs rejoignent leur taille[6]. Une catastrophe minière est survenue le 8 août 1956 à Marcinelle en Belgique, près de Charleroi, au charbonnage du Bois du Cazier. En première instance, cinq personnes sont mises à la cause. Prisonniers dans le coffrage du puits, les trois hommes entendent cependant des gémissements autour de l'envoyage quelques mètres au-dessous d'eux. Avant que l'unique disjoncteur en surface puisse faire son office, un arc électrique a enflammé l'huile déclenchant un déluge de flammes attisé par l'air sous pression. Le 17 août 1956 se déroulèrent les funérailles de 37 autres victimes[46]. À la suite de la catastrophe du Bois du Cazier, d'importantes mesures furent adoptées dès 1957 en matière de prévention et de lutte contre les incendies miniers. Les hommes de nuit sont remontés en surface. Lors de la remontée, des appels de cage sont entendus provenant des niveaux 835 et 907. Tandis que les rescapés atteignent la surface, lui, atteint le fond de la mine dont il ne reviendra pas[6],[19]. C'était il y a 60 ans, jour pour jour. Marcinelle 56 , une œuvre de plus sur la catastrophe du Bois du Cazier? Le ministère public et les parties civiles interjettèrent un appel devant la cour d'appel de Bruxelles. Elle comporte 27 membres dont Roger Lefebvre déjà chargé de l'enquête administrative. Les familles informées se pressent près des grilles de la mine, scrutant le moindre mouvement des molettes surplombant les puits signalant des remontées de cages[25]. Le 8 août 1956, la mine du bois du Cazier s’embrasait. Ce procès-là n'eut pas lieu. « Marie-Louise De Roeck, Julie Urbain, Paul Lootens, Liste des accidents ferroviaires en Belgique, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Catastrophe_du_Bois_du_Cazier&oldid=177877475, Page avec coordonnées similaires sur Wikidata, Article avec une section vide ou incomplète, Portail:Sécurité civile et sapeurs-pompiers/Articles liés, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Les parties civiles, soutenues par les communistes se pourvoient en cassation qui rend son arrêt le 26 février 1962. Une enquête administrative de l'administration des mines sera placée sous la responsabilité du directeur divisionnaire du bassin Charleroi-Namur, Roger Lefebvre. On avait gardé espoir jusqu’au bout, nous avons perdu, et n’avons pu empêcher la mine de garder ses victimes. charbonnage, mine, accident, catastrophe, bois du cazier, marcinelle, charleroi, anniversaire, italien, commémoration, souvenir, hommage, mineur. Cet article est réservé aux abonnés. Les documents apparaissant dans le rapport de la commission d'enquête identiques à ceux produits par l'enquête administrative ne laissent aucun doute quant au fait que les deux enquêtes, sous l'action de Roger Lefebvre, ont été menées de concert[57]. Vers 15 h 0[6], Adolphe Calicis, Angelo Galvan, le chef porion de nuit et, Murieri[23], un autre sauveteur descendent à 170 mètres à la recherche du pompiste ; ils doivent rebrousser chemin et sont brûlés par des vapeurs d'eau. ». Entretien avec le professeur Stassen », Revue du Nord, mars 2012, Marcel Leroy mentionne 5 000 francs belges (, Réalisée en 2006 à l'initiative du Patronato INCA-CGIL, à l'occassion du 50. catastrophe minière survenue en Belgique[1] au charbonnage du Bois du Cazier à Marcinelle (Charleroi), le 8 août 1956. Les hommes sont retrouvés à 400 mètres de l'inscription, ils ont probablement été asphyxiés lors de la remise en fonction de l'aération à 14 heures.

Parc Dinosaure Ile-de France, Uto 85 114, Notaire Tanguy Le Maire, Pouic Pouic Chanson, Judo Covid Reprise, Peuchère 7 Lettres,