Les liens entre alliés sont donc relativement faibles. A Kaboul, les protecteurs se protègent d'abord eux-mêmes, Le frère d'Hamid Karzai soupçonné de trafic de drogue, Afghanistan - L'humanitaire « assassiné Â», La militarisation de l’action humanitaire : l’exemple afghan, La mort, les menaces et l'insécurité forcent MSF à quitter l'Afghanistan, « Les enjeux de l'aide en Afghanistan Â», Washington s'inquiète de la corruption en Afghanistan, DEA Agents Target Afghanistan's 'Narco-Insurgency', Member of Afghan Taliban Sentenced to Life in Prison in Nation’s First Conviction on Narco-terror Charges, War Crimes and the White House: The Bush Administration's Cover-Up of the Dasht-e-Leili Massacre, The Times Remembers the Dasht-e-Leili Massacre, U.S. Enfin, le 24 septembre, le pape Jean-Paul II reconnaît un droit à légitime défense aux États-Unis[42]. Au total, entre 2001 et avril 2009, l’US Air Force a largué 12 742 tonnes de bombes sur l’Afghanistan[239]. Par exemple, à Kaboul, des hommes engagés par Paravant, filiale de Blackwater tue un Afghan et en blesse deux autres en mai 2009[61],[62]. Ce massacre tend un peu plus les relations déjà difficiles entre Washington et Kaboul, après de précédents incidents impliquant des militaires américains, notamment dans une vidéo diffusée sur internet en janvier dans laquelle quatre marines urinent sur trois cadavres[185] ou l'incinération de Corans en février[186]. Aujourd'hui, les réfugiés afghans sont dans leur ultra-majorité répartis en Asie centrale : 1,9 million sont au Pakistan[213], 935 000 en Iran (en juin 2009[214] ; contre environ deux millions en 2000[215]), d'autres sont en Turquie, etc. Sur le terrain, les groupes de la guérilla comprennent généralement de cinq à cinquante hommes[76]. Les premiers obtiennent deux jours plus tard l'assurance d'un soutien accru de la Russie[42].         Washington (AFP) -  D'intenses bombardements causent de lourdes pertes aux combattants d'al-Qaïda qui y sont réfugiés, mais les troupes américaines ne sont pas assez nombreuses pour encercler le massif montagneux et Oussama ben Laden, présent sur les lieux, réussit à fuir au Pakistan[49]. Elle compte 17 000 hommes le 10 février 2005[53]. La reconstruction du pays est aussi minée par certains comportements et dérives des soldats de la Coalition. En janvier 1998, les talibans ont signé un accord sur la construction d'un gazoduc traversant leur pays avec le consortium CentGas (en) menée par la compagnie américaine Unocal[39] mais la situation politique a fait que cette dernière abandonne le projet le 21 août 1998, au lendemain de l'opération Infinite Reach de représailles après les attentats des ambassades américaines en Afrique[40]. Hamid Karzai est donc réélu mais sa légitimité a encore été amoindrie[112]. Depuis la fin octobre, l'Australie avait déjà envoyé un détachement des Forces spéciales (Special Forces Task Group) et des avions, opérant à partir de la base aérienne de Manas (Kirghizistan) dans le cadre de l'opération Slipper. De plus, diverses luttes internes permirent aux néo-talibans de s'imposer sur leurs rivaux et de proclamer un état islamiste au Waziristan[90]. Al-Qaïda développa aussi de nouveaux réseaux dans les villes pakistanaises après sa fuite d'Afghanistan via l'installation de certains de ses hommes dans ces villes. Plusieurs milliers de talibans ont été tués ou faits prisonniers tandis que 3 700 civils ont péri dans les combats [réf. En mai, le bombardement de Bala Buluk fait 140 victimes civiles selon le gouvernement afghan et provoque de vives réactions dans la population afghane[126] et en mai le bombardement de Kunduz fait plus de 100 morts civils et provoque des répercussions politiques jusqu'en Allemagne. Puis vers la fin 2009, une série d'attaques dans la province du Nouristan qui culminent le 3 octobre lors de la bataille de Kamdesh obligent même le général McChrystal à prescrire l'abandon des principales bases de la province (sauf celle de la capitale Parun) les jugeant difficilement défendables pendant l'hiver faute de soutien d'artillerie[111]. Les menaces américaines et britanniques contre les talibans se font alors plus pressantes début octobre alors que les premières unités militaires gagnent la région (discours de George Bush ou de Tony Blair le 2 octobre)[42]. [191] parue dans le Guardian, plus de 4 000 civils ont été tués dans les trois premiers mois de la guerre[192]. Propos cités dans « Le désarroi des chefs de guerre US Â», Jean-Pierre Steinhofer: "Quelle stratégie pour la guerre en Afghanistan ?" Solidement installés dans le sud et l'est du pays après leur offensive de 2006, les talibans et leurs alliés poursuivent leur infiltration du pays. Davies, 03-04-2018. En septembre 2008, 250 000 d'entre eux avaient regagné l'Afghanistan, parfois avec l'aide financière du HCR, retours « motivés, selon le HCR, du moins en partie par l’augmentation du coût de la vie dans les pays d’asile. Par exemple, des cessez-le-feu officieux ont été conclus pour l'hiver 2009-2010 entre les talibans et l'armée afghane dans les provinces du Nouristan et de Kunar[123]. Ces chiffres n Outre plusieurs bataillons de la 10e Division de Montagne américaine, 200 hommes des « Royal Marines Commandos Â»[42], une centaine d'agents de la CIA et environ 300 hommes des Forces spéciales américaines sont présents dès le début[44]. De plus, peu de soldats talibans ont alors une réelle expérience des formes de guerre occidentales. 2004 : trois morts dans des accidents de la circulation. De 2011 à 2014 l'armée française a employé environ 800 traducteurs en Afghanistan[207]. Son ordre de bataille le 1er octobre 2009 est le suivant : En octobre 2010, les effectifs de l'armée afghane sont portés à 140 000 personnes, vers juin 2011, l'armée afghane devrait compter 171 600 militaires et ses effectifs pour le futur devraient atteindre 240 000 personnes. De plus, des stocks équivalents à près de deux années de production existeraient dans le pays[108]. Les guerres en Afghanistan et au Pakistan ont fait près de 150 000 morts civils ou militaires depuis 2001, a recensé une étude américaine. En 2011, le nombre de civils tués depuis 2006 estimé par l'ONU est de 9 759, dont 6 269 tués par les forces anti-gouvernementales, et 2 723 par la coalition ou les soldats de l’armée régulière, à quoi il conviendrait de rajouter entre 6 300 et 23 600 civils morts directement, ou indirectement, du fait de la guerre entre 2001 et 2003[195]. Fin 2001, les talibans ne contrôlaient plus que quelques territoires au sud-est et au nord-est du pays. Stephanie Savell, codirectrice de cette recherche a annoncé que depuis 2001 (date du déclenchement de la guerre en Afghanistan) entre 244.000 et 266.000 civils ont été tués en Irak, en Afghanistan et au Pakistan. Cette page se comprend mieux après la lecture de. Plusieurs responsables talibans et d'Al-Qaïda, comme Baitullah Mehsud ont ainsi trouvé la mort[256]. Dix-huit mercenaires de la firme Hangar ont été tués début juin 2009 dans la province de Farâh[228]. Officiellement dirigé par l'ancien président Burhanuddin Rabbani, il constitue la principale organisation anti-taliban mais regroupe en fait des alliés assez disparates : Jusqu'au 11 septembre, ces mouvements étaient soutenus par l'Iran, la Russie et le Tadjikistan[46]. Depuis au moins 2008, des négociations discrètes ont lieu entre certains responsables talibans, le gouvernement de Kaboul et la coalition[145] ; Le président Karzaï a proposé des négociations en 2010 avec les talibans dans le cadre d'un processus de réconciliation global, mais celles-ci sont refusées par le mollah Omar et le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen a estimé qu'il n'y avait pas d'autre choix que de poursuivre les opérations militaires afin de pousser les talibans à engager des négociations[146]. Les seconds plus gros, volant plus haut et plus longtemps, peuvent emporter jusqu'à quatorze missiles air-sol, mais aussi des bombes guidées par laser ou par GPS. Ces attaques américaines sur le territoire pakistanais sont la marque d'une nouvelle inflexion d'Islamabad dont la police arrête en février plusieurs importants dirigeants talibans afghans jadis proches de ses services de renseignement (Abdul Kabeer, le mollah Abdul Salam, gouverneur talêb de Kunduz et Mir Muhammad, également gouverneur talêb dans le nord) et le mollah Beradar, commandant suprême des talibans en Afghanistan, lui aussi surveillé depuis longtemps[123]. Cependant, le partage du pouvoir entre les différents seigneurs de guerre victorieux s'avéra impossible dans la durée. Cependant, soutenus par les services secrets pakistanais et issus de l'ethnie pachtoune majoritaire d'Afghanistan, ils s'imposent en moins de deux ans dans le sud du pays, dominé par les Pachtounes. La guerre d'Afghanistan débutée en 2001 est la première guerre qui voit une utilisation massive des drones et autres avions sans pilote tel le MQ-1 Predator ou le MQ-9 Reaper, de General Atomics. En octobre 2006, un second conseil a été mis en place, toujours par le mollah Omar. Très peu de chiffres concernant le nombre global de civils afghans tués depuis 2001. Rapport de M. Alvaro Gil-Robles, Commissaire aux droits de l'homme, sur le respect effectif des droits de l'homme en France, Si on ferme la « jungle Â», il faut rouvrir Sangatte, Operation Enduring Freedom: Coalition Fatalities, L'après-Afghanistan, «un parcours du combattant» pour les soldats blessés, Afghanistan : 30 soldats américains tués dans un crash, U.S. Planning Big New Prison in Afghanistan - New York Times May 17, 2008, Site du ministère de la Défense français, 16 octobre 2009, Ministère de la Défense français, 20 mai 2009, le drone de transport k-max donne satisfaction en Afghanistan, Les nouvelles guerres, de l'épée au drone de 19 grammes, «Jonquille», la guerre en Afghanistan racontée par un soldat français, Liste d'attentats liés à la guerre d'Afghanistan, Opposition à la guerre d'Afghanistan (2001), Site de la Force d'Assistance et de Sécurité Internationale, Évolution des effectifs de l'armée américaine en Afghanistan de 2001 à 2009, Le rôle des forces européennes dans les missions de l'OTAN en Afghanistan : les leçons à tirer, assemblée de l'Union de l'Europe occidentale, Attaque de l'hôpital militaire de Kaboul, Attentat de l'hôtel Intercontinental de Kaboul de 2018, Attentat de 2020 à l'université de Kaboul, Al-Qaïda en guerre sainte dans le sous-continent indien, Conseil de la Choura des moudjahidines de Derna, Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, Groupe salafiste pour la prédication et le combat, Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest, Organisation de libération du Turkestan oriental, Conseil consultatif des moudjahidines en Irak, Confrontation israélo-palestinienne de 2011, Confrontation entre Israël et la bande de Gaza en 2012, Regain de violence entre Israël et la Palestine (2015-2017), Troubles en région autonome ouïghoure du Xinjiang, Intervention militaire du Kenya en Somalie, Opérations aériennes de la coalition internationale en Syrie, Coalition internationale en Irak et en Syrie, Intervention militaire de la Russie en Syrie, Intervention alliée pendant la guerre civile russe, Interventions militaires des États-Unis dans le monde, List of the lengths of American participation in major wars, Acquisitions territoriales des États-Unis, Covert United States foreign regime change actions, Pertes humaines américaines lors des guerres impliquant les États-Unis, Portail des forces armées des États-Unis, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Guerre_d%27Afghanistan_(2001-2014)&oldid=177883721, Page géolocalisable sans coordonnées paramétrées, Conflit militaire géolocalisable sans coordonnées paramétrées, Article contenant un appel à traduction en anglais, Article contenant un appel à traduction en allemand, Article avec une référence non conforme, Article avec une section vide ou incomplète, Article de Wikipédia avec notice d'autorité, Page pointant vers des dictionnaires ou encyclopédies généralistes, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Portail:Histoire militaire/Articles liés, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, Portail:Forces armées des États-Unis/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Véhicule de combat d'infanterie Marder, véhicules de transport de troupes Fuchs, Leopard C2, Leopard 2 A6M CAN (depuis 2007), VBCI, Aravis, PVP, Bufallo, VAB, AMX-10 RC, hélicoptère de transport EC 725 Caracal, Échec de l’instauration d'un gouvernement et d'un État afghan stable, Nombreux morts civils lors des offensives de l', Retrait des forces armées occidentales sans avoir réussi à stabiliser le pays, Tensions sécuritaires et communautaires dans la région (, Le Commandement Nord sous la direction de l', Le Commandement Ouest sous la direction de l', Le Commandement Est sous la direction des États-Unis (19 900 hommes au, Le Commandement de la Région capitale sous la direction de la France (, Au Nord : Mazar-e-Charif, Kunduz, Baghman et Faizabad, À l'Ouest : Hérat, Qala-e-Nao et Chakcharan, Au Sud : Farah, Lachkargah, Kandahar et Qalat, À l'Est et autour de Kaboul : Bamyan, Kaboul, Charikar et une autre base dans la province de Parwan, deux bases dans le Nouristan, Asadabad, Jalalabad, Mayden, Baraki, Ghazny, Charana, Gardez et Khost, Front Nord recouvrant les provinces du Nouristan, de Kunar, de Nangharar, de Laghman et une partie de celle de Kapissa.